Centre bourg : la parole donnée aux Plaisirois

06/02
2018
160801 vues aeriennes - 10

Imaginer ce que sera Plaisir dans 10, 20 ou 30 ans, tel est le défi que s’est fixé l’équipe municipale. Ce qui permet de conserver…

Imaginer ce que sera Plaisir dans 10, 20 ou 30 ans, tel est le défi que s’est fixé l’équipe municipale. Ce qui permet de conserver et préserver la maîtrise du cadre de vie de la commune.

Afin de se projeter dans l’avenir, et d’explorer les différentes pistes de développement et de mutation du centre bourg de Plaisir, la municipalité avait préalablement fait réaliser, par la société Citallios, un diagnostic urbain. Véritable analyse du contexte urbain, de l’existant, ce diagnostic a mis en perspective des hypothèses et scenarii accompagnés de propositions d’évolution possibles. Ces pistes et propositions ont été présentées aux Plaisiroises et Plaisirois durant plus de 6 mois pour que la concertation prenne une véritable dimension participative. Cette concertation a pris plusieurs formes : dossier spécial dans l’Essentiel, site internet et adresse mail dédiés (plaisirdemain.com), exposition dans les halls de la Mairie-annexe et du Palais des sports, ainsi que lors d’Escales d’ailleurs et de la fête des associations. Des urnes ont été mises à disposition du public sur ces différents lieux et trois réunions publiques ont également été organisées, les 13, 20 et 27 novembre 2017, afin que chacun puisse faire part de ses remarques et observations.

Au total, ce sont près d’une centaine de remarques qui ont été exprimées par les Plaisiroises et les Plaisirois, autour de onze thématiques.

1- Le déplacement du marché
Cette hypothèse a provoqué de nombreuses réactions : pour, contre ou encore construire un 2nd marché pour préserver l’existant… Quels que soient les avis, tous s’accordent sur l’intérêt de disposer d’un marché dynamique sur la Ville, élément fédérateur important pour le centre-bourg. Aucune démolition du marché actuel n’est envisagée.

2- Le manque de liaisons douces (piétons/vélos)

Il est trop souvent constaté que le partage de la chaussée est défavorable aux piétons et vélos.  L’idée est de développer les liaisons douces, notamment le long du Ru. Un choix qui rem-porte une forte adhésion et qui permettra de mieux lier les quartiers entre eux.

3- Le niveau de construction jugé trop important
Plusieurs remarques concernent les constructions faites à Plaisir, jugées par certains trop importantes. Le souhait exprimé étant de préserver les zones naturelles ou de ne pas trop densifier des secteurs, comme le Valibout.  Toutefois, il convient de sou-ligner que la population de Plaisir, malgré la réalisation de diverses constructions, n’a augmenté que de 300 habitants depuis 2009… En effet, une Ville qui ne fait pas évoluer son offre immobilière voit sa population diminuer, ses commerces et ses écoles fermer, etc.  Tout l’enjeu de ce diagnostic est bien de programmer dans le temps une urbanisation réfléchie et soutenable, notamment pour ce qui concerne le centre-bourg. Ceci afin de préserver les espaces naturels et agricoles du territoire et de maintenir l’équilibre rural/urbain qui fait l’identité de Plaisir tout en favorisant le parcours résidentiel.

4- Les problèmes de stationnement
De nombreux Plaisirois se plaignent du stationnement, qu’ils trouvent difficile voir anarchique, notamment sur le parking privé devant le bar-tabac de la Mairie. Ce qui rend à leurs yeux la circulation piétonne difficile et semée d’embuches.  L’implantation de stationnements en nombre suffisant est donc jugée vitale pour la réussite d’un centre-bourg attractif.

5- Les problèmes de circulation
Vitesse jugée excessive, trottoirs pas assez larges, bon nombre d’habitants souhaitent une circulation apaisée dans le centre-ville. Que ce soit par l’instauration d’une zone 30 ou la création d’espaces (rues, places, venelles) réservés aux piétons.

6- Le développement des commerces de proximité
L’actuel développement de la zone commerciale Grand Plaisir mènerait les commerces de proximité à leur perte. Mais cette faiblesse des commerces existants ne résulterait-elle pas d’un manque de visibilité et d’attractivité du centre-ville ?  C’est une des réflexions portée par le diagnostic, avec l’objectif de restructurer le centre-ville autour d’une nouvelle rue pié-tonne et commerçante.

7- Le manque de lieux de rencontre ou de convivialité
Certains souhaitent une média-thèque, d’autres une piscine, mais nombreux sont ceux qui se plaignent du manque de lieux de convivialité dans le centre-ville (cafés, restaurants, places arborées, etc.).  Ce type de lieux fédérateurs est pourtant jugé nécessaire à l’attractivité d’un centre-ville.
8- La mutation de la copropriété Pasteur

De nombreuses incompréhensions concernent la mutation de la copropriété Pasteur évoquée dans le diagnostic.  Face à l’enclavement actuel du centre commercial Pasteur, il était proposé de relocaliser les commerces en pied d’immeuble, avec visibilité extérieur le long d’une rue piétonne. La faisabilité d’un tel scénario doit cependant être étudiée avec les commerçants et la copropriété concernée.
9- La qualité architecturale

Pour beaucoup, il est indispensable de maintenir une architecture de qualité, respectant le caractère villageois et préservant le patrimoine ancien du centre historique, à l’image de l’ancienne Gendarmerie qui sera restaurée et préservée.
10- Le devenir des jardins familiaux
L’évocation d’une urbanisation des jardins familiaux, notamment à tra-vers la réalisation d’une voie nouvel-le en fond de parcelles, a provoqué de nombreuses réactions.  Laréflexion doit aller plus en profondeur pour appréhender le devenir éventuel du site.

11- L’insécurité
Si des problèmes d’insécurité sont évoqués, cette thématique arrive pourtant en dernière position et ne semble pas constituer un enjeu majeur du futur projet de centre-bourg.

“Ce diagnostic urbain n’aurait pas eu de sens si l’on n’avait donné la parole aux Plaisirois. Ce futur centre-bourg se dessinant tout au long des trente prochaines années, il se doit de correspondre aux aspirations et besoins des habitants de Plaisir. Et j’ai constaté, avec satisfaction, que ces derniers ont été partie prenante de cette concertation. Les réunions publiques se sont ainsi révélées fructueuses et riches en propositions. Je remercie d’ailleurs Henri-Pierre Lersteau, adjoint délégué à l’urbanisme, à l’environnement, aux commerces de proximité et à l’artisanat, d’avoir mené à bien cette phase de concertation. Et je promets aux Plaisirois que les pro-jets qui en découleront répondront à leurs aspirations.” précise Madame le Maire.

 

Nombreux sont les Plaisirois qui se sont rendus aux réunions publiques sur le Centre bourg. Après la présentation, la parole était donnée au public, afin qu’il exprime ses interrogations et que Madame le Maire y réponde. En voici quelques-unes.

David
Je souhaitais savoir ce qui sera réalisé en lieu et place de l’ancien bowling du Valibout ?

Joséphine Kollmannsberger
Le site doit accueillir la nouvelle PMI (Protection maternelle et infantile), dans des locaux de 600 m², ainsi qu’une maison médicale réalisée en collaboration avec le Conseil départemental.

Jeanne
Dans le secteur compris entre la rue Marc Laurent et le Ru, il est indiqué sur l’exposition que les terrains de parti-culiers seraient divisés pour y réaliser de nouveaux pavillons, mais nous ne voulons ni vendre une partie de notre terrain ni être expropriés.
Joséphine Kollmannsberger
Je vous rassure, il n’est pas question d’expropriation. Il s’agit simplement d’une piste de réflexion du bureau d’é-tude Citallios. Comme la tendance est à la densification des centres-villes et au morcellement des terrains, il a été imaginé par quel moyen nous pourrions préserver l’aspect résidentiel du secteur dans le seul cas où les pro-priétaires auraient décidé de vendre des parcelles de leur terrain, ce que l’on constate dans de nombreux quar-tiers de la Ville

Luc
Que comptez-vous faire au niveau du cadre de vie du secteur de la gare de Plaisir-Grignon ?
Joséphine Kollmannsberger
Tout d’abord il s’agit de terrains appartenant à la SNCF. Même si le secteur et en dehors du périmétre du parking, nous négocions avec elle, afin qu’elle réalise un hangar de stockage pour les différents matériels qu’elle entrepo-se, et qu’elle végétalise la zone. Ce qui, visuellement, améliorerait le cadre de vie et rendrait le secteur de la gare plus accueillant. Nous travaillons également à un agrandissement du parking, en étudiant, avec le Conseil Départemental, la possibilité de réalisé une gare multimodale.

Marie
Donc tout ce qui est présenté dans l’exposition ne sera pas réalisé ?
Joséphine Kollmannsberger
Non, il faut bien comprendre qu’il ne s’agit pas là d’un projet, mais bien d’un premier diagnostic et de pistes de réflexions. Celles-ci vous sont présentées afin que vous nous apportiez vos avis et aspirations pour l’avenir de Plaisir. Puis, à partir de vos remarques, nous réaliserons une étude par secteur, que là aussi nous vous soumet-trons. Et c’est seulement après ce processus que débuteront les projets.

 

171120 reunion coeur de ville Valibout (3)

La concertation, dans un souci d’efficience, s’est faite de plusieurs manières : exposition urbaine accompagnée d’une urne, site internet dédié avec possibilité de laisser des commentaires, réunions publiques avec prise de parole de l’auditoire : tout était fait pour que les Plaisirois qui le souhaitent puissent s’ex-primer.