Gestion écologique du bois de la Cranne

19/06
2018
13

Une amélioration du site pour tous Chaque fois que des travaux d’envergure (routiers notamment) sont réalisés sur un site qui conduisent à déboiser, le déboisement…

Une amélioration du site pour tous

Chaque fois que des travaux d’envergure (routiers notamment) sont réalisés sur un site qui conduisent à déboiser, le déboisement doit être compensé sur un autre site en reconstituant une zone naturelle.

Dans le cadre de la réalisation de la déviation de la RD307 à St-Nom-la-Bretèche, le Conseil départemental s’est donc trouvé dans l’obligation de compenser l’espace naturel détruit par la route et cette compensation aura lieu au bois de la Cranne où vont être réalisées des améliorations écologiques de l’étang. Les zones humides ont perdu plus de 50% de leur surface en un siècle et ne représentent plus que 2,8% de la superficie régionale. Ces zones accueillent la plus grande diversité et densité de population d’espèces, si on les rapporte à leur surface. De plus, il y a obligation européenne et française de préserver ces milieux (Directive de 2000 et Loi de 2006).

Suite à une expertise écologique, menée sur le site en 2017, il a été constaté qu’un certain nombre d’arbres sont dépérissants. En effet, on y voit des chutes d’arbres dans l’étang, dégradation des berges, etc. Ce qui engendre une perte de stockage du carbone et de la fonction épuratoire de l’eau. Autre point, la fermeture par les ligneux, qui a pour conséquence la perte de la mosaïque d’habitats naturels, notamment la typhaie-cariçaie, ainsi que la présence de plantes envahissantes.

Pour remédier à ce phénomène, cinq étapes sont nécessaires :

  • Alléger la strate arborée ;
  • Restaurer et entretenir la typhaie-cariçaie ;
  • Etendre la typhaie-cariçaie ;
  • Maîtriser le développement des plantes invasives ;
  • Entretenir le site sur une longue durée.

Le boisement humide aujourd’hui Sans intervention, les risques sont la fermeture du milieu, la perte de diversification des milieux et de la flore et la colonisation par les espèces invasives et un atterrissement du plan d’eau, pouvant le faire disparaitre. L’objectif est de remettre en lumière le sous-bois pour favoriser la diversité faune/flore. Concernant les incidences paysagères, on note un faible impact visuel en phase travaux ainsi qu’aucune incidence sur la pêche.

Les gains seront un développement d’une mosaïque de milieux et des attraits paysagers et naturalistes renforcés.

L’assurance d’une gestion écologique du site sur 30 ans

Les objectifs d’une telle gestion sont d’accompagner l’évolution écologique du site sur 30 ans et d’évaluer régulièrement sa qualité écologique.

Pour cela, plusieurs actions seront mises en place, à la charge du Conseil départemental :

  • Entretien du bois humide (maîtrise des repousses) et de la typhaie (faucardage manuel), arrachage des plantes invasives sur l’ensemble du site ;
  • Contrôle des mesures par suivis scientifiques (1re année et 4 ans après, puis tous les 5 ans).

L’étang et le bois de la Cranne aujourd’hui

Conclusion de l’expertise écologique menée en 2017

  • Un certain nombre d’arbres sont dépérissants
  • Chutes d’arbres dans l’étang, dégradation des berges, etc. : perte de stockage du carbone et de la fonction épuratoire de l’eau
  • Fermeture par les ligneux : perte de la mosaïque d’habitats naturels notamment la typhaie-cariçaie
  • Présence de plantes envahissantes

3 unit és écologiques

Typhaie-cariçaie de 2 250 m²

Boisement humide à peu humide de 11 482 m²

Boisement peu humide de 668 m²

Solutions

  • Alléger la strate arborée
  • Restaurer et entretenir la typhaiecariçaie et étendre la typhaie-cariçaie
  • Maîtriser le développement des plantes invasives et entretenir le site sur une longue durée

Comment améliorer le boisement humide à peu humide ?

Objectif

  • Remettre en lumière le sous-bois pour favoriser la diversité faune/ flore
  • Faible impact visuel en phase travaux et aucune incidence sur la pêche (ne concerne pas la berge)
  • Développement d’une diversité floristique patrimoniale des milieux humides aujourd’hui inexistante.
  • Nouvelles zones d’accueil pour la faune (amphibiens, libellules)!

Gains

  • Développement d’une mosaïque de milieux
  • Attraits paysagers et naturalistes renforcés

Comment améliorer la typhaie-cariçaie?

Actions

  • Dégagement des ligneux et faucardage manuel régulier pour régénération
  • Extension mesurée en rive sud sur le bois peu humide
  • Impact visuel modéré en phase travaux
  • Extension de la typhaie-cariçaie : nouvelles zones propices à la nidification des oiseaux, à la vie des amphibiens, au refuge des odonates…

Gains

  • Richesse de la faune/flore observable

L’assurance d’une gestion écologique du site sur 30 ans

Objectifs

  • Accompagner l’évolution écologique du site sur 30 ans
  • Evaluer régulièrement la qualité écologique du site Actions
  • Entretien du bois humide (maîtrise des repousses) et de la typhaie (faucardage manuel), arrachage des plantes invasives sur l’ensemble du site
  • Contrôle des mesures par suivis scientifiques (1re année et 4 ans après, puis tous les 5 ans)

Une information au public, riverains et associations

Informer le public sur le chantier écologique

  • les mesures : date des travaux, nature des interventions, etc.
  • les avantages environnementaux procurés sur le site du Bois de la Cranne

Valoriser le site et sensibiliser le public au patrimoine écologique et paysager du site

  • la restauration apportée
  • les modalités de gestion

 

Consultez la présentation : 02mai_PPT2018