Hommage et espoir

05/05
2015
150426 Souvenir Déportés-26

Le 26 avril dernier s’est tenue la cérémonie du Souvenir des victimes et héros de la déportation en présence de Joséphine Kollmannsberger, Maire de Plaisir,…

Le 26 avril dernier s’est tenue la cérémonie du Souvenir des victimes et héros de la déportation en présence de Joséphine Kollmannsberger, Maire de Plaisir, des membres du Conseil municipal et des associations d’Anciens Combattants Déportés, Internés, Résistants et Patriotes. Réunis devant la stèle du Général de Gaulle, ils se sont inclinés avec respect et émotion devant la mémoire de tous les morts, « (…) de tous ceux dont les cendres répandues à travers le monde depuis les cheminées d’Auschwitz et d’ailleurs nous appellent à la vigilance, au respect de l’autre, à la tolérance, au combat contre toutes les formes et expressions d’intolérance, d’extrémisme et d’exclusion.»*

150426 Souvenir Déportés-5150426 Souvenir Déportés-7150426 Souvenir Déportés-12150426 Souvenir Déportés-19150426 Souvenir Déportés-21150426 Souvenir Déportés-22150426 Souvenir Déportés-14150426 Souvenir Déportés-25

1945-2015 : 70e journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation

« Voici tout juste 70 ans, les forces alliées libéraient un à un l’ensemble des camps de concentration… Les premiers avaient ouvert leurs portes dès le printemps 1933… »*. Cette cérémonie commémorative invite chacun d’entre nous à se souvenir et à rendre hommage aux millions de victimes innocentes, hommes et femmes de tous âges, enfants, persécutés et exterminés dans les camps de la mort dans des conditions inhumaines pour leur religion, leur origine ethnique, leurs croyances philosophiques, leurs mœurs ou leur handicap. « Le devoir de mémoire est de tous temps et de tous les jours…(…) Tous ensemble restons vigilants pour que l’homme s’interdise l’inhumain.»*

Cette commémoration chargée d’émotions et de souvenirs a appelé à « une mobilisation morale, à une vigilance politique, à une conscience républicaine et à un engagement fort au service de la mémoire et de l’homme. Elle nous rappelle que l’avenir appartient à celles et ceux qui ont la volonté de construire et non de subir et que jamais il ne faut oublier l’héritage que nous ont laissé ces générations qui ont tant souffert.»*

Anne Franck, victime emblématique de ces atrocités inqualifiables

Rappelant le souvenir de ces horreurs et le souvenir de toutes les victimes, Joséphine Kollmannsberger, Maire de Plaisir, a adressé une pensée particulière « (…) pour l’une d’entre elles qui fut et qui reste emblématique dont nous commémorons également le 70e  anniversaire de la disparition (…)»* : Anne Franck. L’occasion de retracer le parcours brisé de cette enfant juive qui a 13 ans en 1942 quand elle commence à écrire son journal, depuis une cachette appelée l’Annexe dans la banlieue d’Amsterdam où ses parents, sa sœur Margot ont déménagé en 1933 pour fuir les persécutions nazies. Découverts par les services de sécurité de la police allemande suite à une dénonciation en août 1944, ils seront déportés en un nouveau sinistre convoi pour Auschwitz. « Durant toute sa courte existence, depuis l’âge de 5 ans, Anne aura vécu sous le joug et la persécution nazie… chacune et chacun peut imaginer ce que fut son enfance et son adolescence, mais on peut également imaginer ce qu’aurait été sa vie sans la peste nazie… elle aurait aujourd’hui 86 ans et aurait pu être une grand-mère heureuse…»* Le journal d’Anne Franck est découvert dans la cachette de l’Annexe par son père Otto, le seul survivant de la famille, qui aura échappé à la chambre à gaz à Auschwitz et libéré avec l’ensemble des prisonniers. Ces écrits feront que le souvenir d’Anne Franck restera gravé à tout jamais pour la postérité.

* Citations extraites de l’allocution de Joséphine Kollmannsberger, Maire de Plaisir