Trophées de la Robotique : Les collégiens contre-attaquent

19/04
2013
atelier robotique (6)

Qui n’a jamais rêvé d’avoir pour compagnon le célèbre R2 – D2, Goldorak ou Wall-E ? Ils n’ont ni chair ni os mais, nés de l’imagination…

Qui n’a jamais rêvé d’avoir pour compagnon le célèbre R2 – D2, Goldorak ou Wall-E ? Ils n’ont ni chair ni os mais, nés de l’imagination des hommes, ils sont faits de circuits, de plastique ou de métal et d’intelligence artificielle. Et pourtant ils ont rempli les salles de cinéma et ont fait rêver des millions d’yeux humains. Ce sont les robots bien sûr ! Au collège Blaise Pascal, un groupe d’élèves a même décidé de créer le sien…

Le Trophée

Dès la rentrée, dix jeunes se sont portés volontaires pour représenter leur collège au Trophées de la Robotique, trophée national organisé par l’association Planète Sciences qui fêtent cette année leurs 20 ans. Les Trophées de la Robotique sont des défis scientifiques et techniques qui permettent de découvrir, de façon ludique et pédagogique, les domaines de la robotique : mécanique, électricité, informatique et électronique. Les participants ont six mois pour concevoir un robot filoguidé* qui devra réaliser un maximum d’actions en 90 secondes lors du concours. Sur une table de jeu, deux équipes s’affrontent chacune avec le robot qu’elles ont conçu et tentent de marquer un maximum de points. À part une taille maximum (1m20 d’envergure) à ne pas dépasser, le robot n’a pas de forme particulière à adopter ni de mode de déplacement préconisé.

La construction

À Blaise Pascal, nos jeunes scientifiques ont décidé que leur robot serait monté sur roues, et espèrent ainsi gagner en vitesse. Ils se sont divisés en trois groupes : l’une se charge de la base roulante du robot, un autre des bras et des mains et le dernier des commandes. Après s’être familiarisé avec le matériel, chacun a assemblé sa propre partie ; reste le plus complexe, tout faire fonctionner ensemble ! « C’est un projet qui implique une gestion du travail collectif, car chacun des moteurs est commandé par un interrupteur ; le Trophée encourage les jeunes à discuter entre eux, à se donner une échéance et s’épauler », souligne l’animateur encadrant.

atelier robotique (12)   atelier robotique (10)

Yaniss, 11 ans, nous fait partager son expérience :

« Je me suis inscrit à l’atelier robotique car je pensais que ça pouvait être intéressant. à la maison, je fais beaucoup de légos et je les colle ensemble pour en faire des objets de collection. J’aime bien aider mes parents à bricoler aussi, je pense que c’est ce qui m’a donné envie de m’inscrire. Avec le groupe nous avons élaboré des plans puis pris des mesures pour faire un robot qui puisse gagner en poussant des cadeaux et en ramenant des balles. Moi je m’occupe de la partie roulante. J’ai d’abord calculé la place que les différentes parties du robot vont occuper (corps, bras, chenille et moteur), j’ai ensuite choisi une surface (en plexiglas) et je l’ai découpée en forme de rectangle. J’ai prévu dessus un espace pour y fixer le moteur et les roues, et enfin j’ai du créer le mécanisme pour que le robot roule ».

Le règlement

Le concours est ouvert à tous de la primaire au lycée. Au départ, les participants passent l’épreuve de l’homologation : ils doivent présenter leur robot à un arbitre qui vérifie s’il est conforme. Sur une table de jeu de 2m x 3m organisée autour du thème « Anniversaire », plusieurs actions sont proposées aux équipes pour marquer le plus de points possible dans un temps imparti (90s) :

les cadeaux : les robots doivent ouvrir chaque cadeau pour en révéler le contenu

les bougies : les robots doivent souffler un maximum de bougies et coopérer pour en éteindre davantage

la fontaine à jus de fruits : les robots doivent servir des rafraîchissements

les cerises sur le gâteau : les robots doivent envoyer un maximum de cerises sur le haut du gâteau

Chaque équipe dispute trois matchs de 1,30 minute. Quand le match commence, interdiction de toucher au robot (même en panne). On comptabilise les points, et les premiers reçoivent une coupe et un diplôme. Il n’y a pas d’enjeu financier, c’est simplement une récompense symbolique et surtout la fierté d’avoir mené à bien un tel projet.

* le filoguidage est un système de guidage par fibre optique ou câble électrique

Planète Sciences, acteur de la culture scientifique et technique vers les jeunes

Planète Sciences est une association sans but lucratif, créée en 1962. Organisée en réseau comportant 11 délégations régionales, elle s’appuie sur 1 000 bénévoles et 80 permanents. Son objectif est de favoriser, auprès des jeunes de 8 à 25 ans, l’intérêt, la découverte, la pratique des sciences et des techniques et d’aider les enseignants, les animateurs, les éducateurs, les chercheurs et les parents dans leurs activités vers les jeunes. Chaque année, environ 100 000 jeunes participent à ses activités.

Leur démarche

Planète Sciences propose aux jeunes de participer à un projet éducatif global, avec une approche ludique, favorisant la pratique expérimentale des sciences et des techniques. Cette démarche leur permet de passer de la théorie à la pratique, de l’idée projetée à sa concrétisation, à l’expérimentation. Ces étapes s’inspirent des pratiques utilisées dans les laboratoires de recherche et l’industrie.

Leurs activités

L’association propose des activités en astronomie, espace, environnement et robotique en lien étroit avec les chercheurs et les ingénieurs. Elle offre différents types de formation (BAFA ou stages techniques) et réalise des documents (ouvrages, fiches) et des outils pédagogiques. Elle intervient dans différents cadres : écoles primaires, secondaires, enseignement supérieur, clubs, accueils de loisirs et centres de vacances, dans les quartiers, événements auxquels elle participe (Fête de la Sciences) ou qu’elle organise seule ou en partenariat (les Trophées de la Robotique, la Nuit des étoiles ou le C’Space).