EXPO : Benjamin Lacombe

03/04
2013
expoB.Lacombe(4)

« Eventail », où la narration illustrée du 15 au 27 avril « Le dessin est une lutte entre la nature et l’artiste. Il ne s’agit pas pour…

« Eventail », où la narration illustrée
du 15 au 27 avril

« Le dessin est une lutte entre la nature et l’artiste. Il ne s’agit pas pour lui de copier mais d’interpréter.» Il semblerait que Charles Baudelaire ai su parfaitement cerner la pensée de notre dessinateur, Benjamin Lacombe.

ExpoB.Lacombe(3)À la fois auteur et dessinateur, Benjamin a publié de nombreux livres, plutôt à destination des enfants. Dès son plus jeune âge, il a toujours son crayon à la main. Selon lui,« tout le monde dessine, seulement certains s’arrêtent. » Benjamin signe à 19 ans sa première bande dessinée. Son projet de fin d’études « Cerise et griotte », devient son premier livre jeunesse et est publié en mars 2006. « J’aime à croire que mes livres touchent les grands enfants, les ados et les adultes. Le «  7 à 77 ans » est la bonne formule pour un livre selon moi », se confie-t-il.

« Le dessin doit être au service de ce que l’on raconte »

Ses livres sont tous inspirés de rencontres, d’histoires partagées avec ses proches ou de brides de son enfance. Il commence toujours un livre par l’écriture : illustrer vient du latin illustrare qui signifie « mettre en lumière » . « Je dois pouvoir apporter une autre narration par l’illustration », argumente-t-il. Il utilise pour ses dessins de nombreuses techniques : encre, crayon, gouache, huile, pierre noire, collage… « Pour moi le dessin c’est de la triche : on force l’œil à voir ce qu’on veut qu’il voit », énonce Benjamin. « Mon objectif est de représenter une réalité exacte mais interprétée : interpréter c’est donner sa vision », affirme-t-il.

« J’ai besoin moi aussi d’y croire »

Ses histoires mettent souvent en scène enfants, animaux. Les couleurs sont à la fois froides et poétiques, les personnages ont de grands yeux en amande tristes et mélancoliques. Benjamin ne pense pas avoir de marque de fabrique, il préfère « essayer de se renouveler en tant qu’artiste ». Pourtant, il existe bien un fil rouge à travers toutes ses histoires : la problématique de la différence. Se sentir différent, être différent, tenter de marquer sa différence ou vouloir se démarquer. à Plaisir, il présente une exposition complète et rétrospective qui offre un large panel de ses œuvres. Il n’y a pas de thème particulier, seulement une cinquantaine de dessins originaux (tous issus de ses livres) qui représente un bel « éventail » du dessein de Benjamin…

http://www.benjaminlacombe.com/

 

expoB.Lacombe (1)