La menace du frelon asiatique

11/04
2017
Modified by CombineZP

Originaire du continent asiatique, le frelon “Vespa Velutina nigrithorax” est bien différent de l’autochtone qui peuple nos villes et nos campagnes. Reconnaissable à son corps…

Originaire du continent asiatique, le frelon “Vespa Velutina nigrithorax” est bien différent de l’autochtone qui peuple nos villes et nos campagnes. Reconnaissable à son corps noir et ses pattes jaunes, il a été introduit malencontreusement en 2004 en Aquitaine, à Agen, dans un container. Depuis, il a progressé dans les deux tiers de la France, s’intensifiant notamment en Île-de-France et sur la commune de Plaisir en 2015 et 2016.

Un impact sanitaire et écologique

En 2012, les ministères en charge de l’agriculture et de l’environnement ont annoncé le classement du frelon asiatique, causant des dommages importants sur les populations d’abeilles, en danger sanitaire de 2e catégorie et en espèce exotique envahissante. Sa présence engendre des conséquences d’ordre économique, écologique (diminution de la pollinisation et utilisation de pièges non adaptés à sa capture), et de santé publique, la piqûre du frelon asiatique s’avérant plus grave que celle du frelon européen.

Où se nichent-ils ?

C’est à la fin de l’hiver que les reines fondatrices sortent de leur refuge et recherchent un endroit abrité pour construire un petit nid primaire. Puis, en été, avec le développement de la colonie, des nids secondaires vont être construits, le plus souvent au sommet des arbres donc difficilement visibles et accessibles. Des nids qui peuvent atteindre en fin d’été un diamètre de 60 voire 80 cm. Restez donc vigilant si vous devez intervenir dans les parcs et jardins.

Quelles solutions ?

Face à cette invasion et à ce danger, un plan d’action régional a été établi par la FROSAIF (Fédération régionale des organisations sanitaires apicoles d’Île-de-France) représentant les apiculteurs et par le FREDON (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles) définissant les mesures de surveillance, de prévention et de lutte permettant de limiter son impact sur les colonies d’abeilles. Trois actions sont recommandées pour lutter contre le frelon asiatique : un piégeage adapté, une identification des frelons asiatiques et de leurs nids (par les référents frelons et les apicullteurs aptes à réaliser une diagnose), et une destruction de ces derniers. Précisons que la dernière doit être réalisée par des entreprises de désinsectisation, éventuellement par les services des collectivités locales formés ou par les pompiers du SDIS sur le domaine public.

Comment identifier le frelon asiatique ?

Le frelon asiatique (à gauche) mesure environ 3 cm. Il s’identifie par ses pattes jaunes, son thorax noir et son abdomen cerné d’un anneau orangé et d’un triangle noir. A ne pas confondre avec le frelon européen (à droite) qui a le corps taché de noir, de rouge et de jaune avec un abdomen jaune, rayé de noir.

Infos sur le site GDSAIF (Groupement de Défense Sanitaire Apicole en Île-de-France) : http://www.gdsaif.fr/

 

3 QUESTIONS À Jacky Boisseau,

Président de l’association PVA (Plaisir Village Animation) et apiculteur

 Capture

Comment se comporte le frelon asiatique avec les colonies d’abeilles ?

« Le frelon asiatique assiège la ruche par un vol stationnaire à son entrée, mettant les abeilles en situation de stress et les capturant quand elles sortent. Ce qui a pour conséquence de diminuer le cheptel apicole de manière significative ».

Quel est l’impact sur la production de miel ?

« Les abeilles devant ce prédateur limitent leurs sorties. En conséquence la récolte est perturbée, la colonie est en alerte permanente et la ponte de la reine est modifiée ».

Que recommandez-vous aux apiculteurs pour lutter efficacement contre le frelon asiatique et préserver la production de miel ?

« Les apiculteurs sont en général informés des risques et installent des pièges selon la saison. Un piégeage doit être raisonné et adapté, à proximité des ruchers au printemps. Sachant qu’une reine piégée c’est 3 000 frelons en moins (source INRA/CNRS). Quant aux particuliers, qu’ils n’hésitent pas à nous appeler lorsqu’ils aperçoivent guêpes, frelons ou abeilles, nous interviendrons dans les meilleurs délais ».

 

• Didier Bourgeois, référent frelon

local – 07 68 52 96 83

• Jacky BOISSEAU, apiculteur local

06 84 36 16 59

Capture1 Capture2