Intercommunalité

15/12
2015
carte inteco

Au 1er janvier 2016, une nouvelle agglomération ! La fusion des deux intercommunalités, la Communauté de l’Ouest Parisien et la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines donnera…

Au 1er janvier 2016, une nouvelle agglomération ! La fusion des deux intercommunalités, la Communauté de l’Ouest Parisien et la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines donnera naissance à SQY, un nouveau territoire intercommunal qui accueillera en plus en son sein les villes de Maurepas et de Coignières. Avec cette fusion, c’est une nouvelle donne et un redéploiement des missions de nos services publics avec des perspectives de mise en commun qui voient le jour. Petit tour d’horizon des futures compétences de cette nouvelle agglomération.

Consultez la carte de l’intercommunalité : carte inteco

 

Rencontre avec Joséphine Kollmannsberger, Présidente de la CCOP et Maire de Plaisir
interco mmlm

Essentiel : Une nouvelle intercommunalité verra le jour au 1er janvier 2016, comment vous préparez-vous à cette échéance ?

Josépine Kollmannsberger : Notre priorité est avant tout de construire un nouveau territoire et qu’il se pose sur des bases solides. Il ne s’agit pas pour nous d’intégrer la CASQY, mais de participer à la création d’une nouvelle instance communautaire. Avec la fusion des trois villes de la CCOP, des 7 de la CASQY, de Maurepas et de Coignières, nous allons construire un projet d’avenir fort et cohérent qui mutualisera les talents, les savoir-faire et nos compétences. Nos échanges quotidiens avec le président Laugier démontrent notre respect réciproque et notre volonté d’agir ensemble, c’est gage de réussites. Nous avons notamment une vision moderne de la coopération intercommunale qui se veut novatrice.

 E. : Cette structure n’est-elle pas trop étendue ?

J. K. : Nous savions que le périmètre actuel de la CCOP n’était pas suffisant par rapport aux objectifs de la loi MAPTAM, mais nous souhaitions un regroupement de communes qui préserve une gestion humaine de nos territoires et plus proche de la dimension de nos bassins de vie. Nous avions déjà anticipé les scénarii des divers rapprochements proposés. Dès le premier trimestre 2014, nous considérions que l’intercommunalité de 800 000 habitants proposés par l’État était trop gigantesque pour envisager un travail de cohérence des territoires.

Ce rapprochement plus intelligent que je travaille de longue date avec Michel Laugier, le président de la CASQY, est le fruit de notre vision commune de l’avenir. Nous l’avions même suggéré et évoqué dès 2011.

E. : Un projet cohérent ?

J. K. : Nos territoires sont très interactifs et beaucoup de nos administrés travaillent, résident ou pratiquent leurs loisirs sur l’une ou l’autre de nos Villes. La coopération intercommunale entre nos administrations est déjà dans l’ADN de nos collectivités. Il faut aussi noter que notre fusion fait de la future intercommunalité l’un des pôles économiques et commerciaux les plus importants de l’Île-de-France.

E. : Y aura-t-il des contraintes pour les Plaisirois ?

J. K. : En aucun cas ! Notre savoir-faire premier est certainement la maîtrise de la dépense publique. Il est souvent utile de répéter que Plaisir revient de loin et que nous savons naviguer par gros temps. Que ce soit les dettes du passé ou les baisses de dotations de l’État, nous avons toujours le souci d’une gestion budgétaire transparente et honnête. Nous avons donc en première volonté que ce rapprochement ne soit pas source de contraintes financières supplémentaires pour nos administrés. Cela démontre, je l’espère, notre ambition d’intégrer une nouvelle structure avec une ambition et un projet de territoire forts, mais en gardant les valeurs que nous portons pour les Plaisirois.

Compétences obligatoires : 

interco1

• Développement économique

• Aménagement de l’Espace communautaire

• Équilibre social de l’habitat

• Politique de la ville

• Accueil des gens du voyage

• Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations

• Ordures ménagères

• Eau et assainissement

 

Compétences optionnelles

• Voirie d’intérêt communautaire

• Construction, aménagement, entretien et gestion d’équipements culturels, sportifs d’intérêt communautaire

interco3interco2

Compétences facultatives

• Actions dans le domaine du sport (subventions, promotion, soutien sport de haut niveau)

• Actions dans le domaine de la culture (réseau des médiathèques, patrimoine, Scène nationale, Musée de Port-Royal, favoriser l’accès à la culture)

• Actions dans le domaine de l’enseignement supérieur (aide à la construction des bâtiments, subventions en faveur de la recherche, promotion du territoire, vie étudiante)

• Aménagement de l’espace communautaire : création de SEM, acquisitions emprises foncières, création, réalisation de lotissements, création d’ouvrages publics

• Autorisations relatives au droit des sols (ZAC et lotissements d’initiative intercommunale)

• Réseaux : réseau câblé, feux tricolores, éclairage public

• Espaces verts : espaces verts d’accompagnement des voiries d’intérêt communautaire, liés à l’assainissement (bassins), mails,chemins piétons, parcs publics urbains, espaces publics boisés et bois urbains > 5ha

• Œuvres d’art urbain

• Mobilier urbain pour les transports collectifs et voiries communautaires

• Droit de préemption

• Propreté urbaine (zones des gares et quartier centre SQY)

• Défense extérieure contre l’incendie (bornes incendie domaine public et points d’eau).